cybersolidaires.org


  • Cybersolidaires

Un réseau cybersolidaire

Actualités nord-américaines

« Madame Tout-le-monde | Accueil | L’islam politique menace nos libertés »

01.10.2008

Commentaires

Le 08-09-23 à 15:30, jean-serge baribeau a écrit :

Le choc de la politique et de la culture

La présente campagne électorale semble porter, plus que jamais auparavant, sur la place de l'art et de la culture. Quelques coupures «conservatrices», sûrement maladroites et mal justifiées ou mal expliquées (ou injustifiables), ont rallumé la lumière de la dissidence et de la revendication dans le glorieux et radieux univers des arts et de la culture.

Étant un adepte ardent et très déterminé de ce qui se passe sur la scène artistique et culturelle, j'ai suivi toutes ces péripéties «artistico-culturo-politiques» avec un intérêt jamais démenti. Dans ce branle-bas il m'a semblé discerner au moins deux panoramas à la fois complémentaires et distincts.

Le premier panorama, le plus flagrant, celui qui, apparemment, a déclenché les hostilités, c'est celui concernant les coupures budgétaires et financières faites dans certains programmes culturels et artistiques. Il s'agit là du panorama quantitatif, lequel est susceptible de déboucher sur une interminable et stérile guerre des chiffres et des statistiques. Après avoir beaucoup écouté, regardé et lu, je dois dire que je suis incapable de déterminer si, somme toute, le gouvernement conservateur a vraiment exercé de substantielles coupures dans le champ culturel et artistique.

Cela m'amène à réfléchir davantage au panorama plus qualitatif que quantitatif. Il me semble que le gouvernement Harper a déclaré la guerre à certaines manières de créer et d'engendrer des ouvres artistiques et culturelles. Il me semble que les conservateurs craignent l'art «marginal», l'art «radical», l'art «dissident», l'art «pervers», l'art «subversif ou à prétention subversive. Le gouvernement conservateur et le parti qui lui est rattaché veulent faire la promotion d'un art «respectable», respectueux, révérencieux, bienséant, décent et de bon ton. Ces gens-là veulent promouvoir un univers culturel basé sur une sexualité «saine», sur les «bonnes moeurs» et les «bonnes manières». Ils viennent de déclarer la guerre à la culture qui pourrait être ou sembler être infâme, immonde ou ignoble. En réfléchissant à toute cette querelle, je n'ai pu m'empêcher de penser au combat que Hitler (que je ne confonds radicalement pas avec Harper) a livré contre ce qu'il a appelé l'art dégénéré, favorisant un art basé sur la pureté. Le gouvernement conservateur et «harpérien» ne va assurément pas se livrer ouvertement à des autodafés et il ne va pas emprisonner ceux qui créent un art «décadent». Toutefois, il est clair que de nombreux artistes vont devoir y penser et y repenser avant de proposer certaines créations. Et tout cela risque de déboucher sur un repli «stratégique» ou sur une autocensure sclérosante. Tout comme il y a, parfois, des agents de la circulation intellectuelle et idéologique, nous risquons d'assister à la montée de nombreux agents de la circulation artistique et culturelle.

Pour terminer, une citation et une question.

Ma citation, elle est de Beaumarchais: «Pourvu que je ne parle dans mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de politique, ni de morale, ni des gens en place... ni de personne qui tienne quelque chose, je puis faire tout imprimer sous l'inspection de deux ou trois censeurs.»

Ma question: n'est-il pas «normal» que, par moments, les Artistes et l'État finissent par s'opposer? Une sous-question: si subversion il y a, est-il «normal» que l'État subventionne et encourage cette subversion qui risque de saper son autorité, cette autorité à laquelle il tient tant?


Jean-Serge Baribeau, sociologue des médias

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)